Essais sismiques sur table vibrante

Suite au séisme survenu en Haïti en janvier 2010, l’analyse post-catastrophe a montré que les constructions traditionnelles avaient beaucoup mieux résisté que les constructions récentes en béton. Sur la base d’un diagnostic de terrain et l’analyse de la littérature disponible, REparH a permis de développer, dans le cadre d’un accompagnement scientifique pertinent, des solutions techniques et architecturales pérennes avec les opérateurs de terrain partenaires du projet.

Le système constructif à ossature bois contreventé, amélioré dans le cadre du projet, a été validé par le ministère en charge de la reconstruction (MTPTC). Ainsi ReparH a permis de réduire la vulnérabilité des constructions aux risques majeurs (séisme, cyclone) et améliorer la résilience des communautés. Il a également contribué à la mise en place d’une véritable filière professionnelle organisée autour de l’association des artisans formés.

Plus de 2 000 familles ont pu bénéficier directement des recherches réalisées et obtenir une nouvelle habitation ou avoir leur maison réparée. Fin 2015, plus de 2 000 autres familles en ont bénéficié indirectement du fait des formations des responsables de chantier et professionnels ainsi que de la diffusion des éléments techniques liés au système constructif utilisé. Fin 2016, cela continue avec plusieurs milliers de constructions supplémentaires.

Présentation du prototype

BELINGA NKO’O, Christian, 2014. Projet ReparH, essais sismiques sur table vibrante. Grenoble : AE&CC-ENSAG. 93 p.

Essais sismiques sur table vibrante à Bordeaux:


Vous aimerez aussi...