PaTerre+. Interactions argiles/biopolymères: patrimoine architectural en terre et stabilisants naturels d’origine animale et végétale. Rapport final

Paterre - recettes

Auteur(s) : Laetitia Fontaine, Romain Anger
Résumé :

Il existe une multitude de recettes traditionnelles utilisant des composés organiques naturels pour stabiliser la terre crue comme matériau de construction. Ces ingrédients très divers, parfois semblables d’un continent à l’autre, d’origine animale ou végétale, apportent à la terre une meilleure résistance à la fissuration lors du séchage, une meilleure résistance à l’eau de pluie ou à l’érosion, une meilleure résistance mécanique, ou encore ils peuvent en faciliter l’application, par une texture plus souple ou une meilleure capacité d’adhésion. Ce sont ces biopolymères, issus du vivant, qui font l’objet de ce cahier de recettes. Afin de mieux comprendre, dans une prochaine étape, leur interaction avec la terre à l’échelle des particules, ils sont regroupés en quatre parties distinctes : les polysaccharides, les lipides, les protéines et enfin une catégorie comprenant d’autres molécules complexes. Ce document n’aborde pas les enduits en terre stabilisés avec des grains (sables, graviers, etc.) ou des fibres (paille, chènevotte, etc.) macroscopiques. Ces apports sont connus pour réduire la fissuration au séchage et dans le cas des fibres, pour augmenter la résistance à la traction. Ils apportent donc une contribution à la résistance de l’enduit en terre à l’échelle du grain, c’est‐à‐dire de l’ordre du millimètre ou du centimètre. Cependant, ils n’interagissent pas directement avec les plaquettes d’argile, à l’échelle microscopique. Les substances organiques décrites dans ce rapport libèrent des molécules qui, elles, interagissent avec les argiles. En d’autres termes, seront recensées dans le présent document, les différentes préparations qui sont à l’origine d’interactions supposées ou vérifiées entre des biopolymères et les feuillets d’argile, à une échelle invisible à nos yeux.

Par le Ministère de la Culture et de la Communication, 2012, 585 pages, en Français.


Vous aimerez aussi...