C2D2 – Projet : Béton d’Argile Environnemental (B.A.E.)

C2D2_rapport final

Auteur(s) : Mariette Moevus, Laetitia Fontaine, Romain Anger, Patrice Doat
Résumé :
Le programme de recherche C2D2-Béton d’Argile Environnemental, subventionné par le Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie, a rassemblé 8 partenaires pendant 3 ans autour de l’objectif de développer des bétons d’argile pour faciliter l’emploi de la terre dans la construction. Des chercheurs de 3 laboratoires (CRAterre-ENSAG, MATEIS-INSA de Lyon, DGCB-ENTPE) ont travaillé en collaboration avec différents acteurs de la filière terre en France : des producteurs de matériaux (groupe CB, AKTERRE), des constructeurs (CARACOL), un centre technique (CTMNC), ainsi qu’avec les Grands Ateliers de Villefontaine, pôle d’enseignement, de recherche et d’expérimentation de la construction en France. Le défi relevé dans ce projet a été de proposer des solutions innovantes pour transformer la terre crue, une matière première complexe et très variable, en véritables bétons d’argile environnementaux dont la mise en oeuvre et les propriétés finales sont maîtrisées. Pour commencer, un état de l’art des caractéristiques de la terre crue utilisée dans la construction a été réalisé à partir de données issues de la littérature scientifique. Ce travail sera publié à destination des concepteurs et leur donnera les éléments nécessaires au dimensionnement mécanique et énergétique des ouvrages en terre. Les recherches en laboratoire ont porté sur le transfert des technologies du béton de ciment et des céramiques industrielles vers les bétons d’argile, avec notamment la maîtrise de la granulométrie, l’utilisation de dispersants et superplastifiants et les techniques de coagulation pour durcir le matériau et permettre un décoffrage rapide. Des avancées intéressantes, en cours de publication, ont été réalisées, notamment dans la compréhension de l’impact de dispersants sur la microstructure du matériau et ses propriétés finales. Un autre axe de recherche a été celui de l’association d’un liant argileux avec des fibres végétales de chènevotte pour développer des matériaux à hautes performances hygrothermiques. Des essais réalisés sur des murs en pisé et en béton d’argile fibré ont permis de démontrer et mesurer l’importance des changements de phase de l’eau dans le comportement hygrothermique de ces matériaux. Ces résultats feront également l’objet d’une publication scientifique. Pour les acteurs de la filière terre, l’objectif était de concrétiser les innovations proposées pour commercialiser de nouveaux produits et les mettre en oeuvre sur des chantiers. Un béton d’argile fluide a été formulé à partir des fines argilo-calcaires issues du lavage des granulats ; une ressource abondante jusqu’à présent inutilisée. Ce nouveau béton d’argile environnemental a été mis en oeuvre en octobre 2013 sur le chantier de la Maison des Marais à St Omer (Pas-de-Calais): 60m3 de béton d’argile ont été produits en centrale à béton, transportés en camion toupie, déversés dans des coffrages et vibrés, de la même manière qu’un béton de ciment. C’est une première en France, pour un béton à base de terre. Une demande d’ATEx de type B a été déposée auprès du CSTB pour valider la réalisation de murs porteurs avec ce même produit sur le chantier de la Maison intergénérationnelle de Manom (Moselle). De nouveaux produits en béton d’argile allégé à base de fines argilo-calcaires et de chènevotte ont été proposés : des briques isolantes et des panneaux vissables que l’on peut couler et démouler aussitôt, sans stabilisant. Les produits obtenus sont très prometteurs. Ils pourront être produits industriellement et commercialisés.
Par le Ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie, 2013, 877 pages, en Français.
Pour télécharger le document, cliquez sur l’image.


Vous aimerez aussi...