La sauvegarde des biens du patrimoine mondial: un enjeu majeur pour le Mali

EXPO_2015_Biens_patrimoine_Malimini

Le Mali possède un des patrimoines culturels les plus remarquables de l’Afrique Sub-Saharienne, dont la partie la plus visible comporte déjà quatre biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial et huit sur la Liste représentative du patrimoine immatériel. Ce patrimoine qui représente un fort potentiel pour le développement durable du pays a malheureusement été fortement ébranlé par la crise que le pays vient de connaître. Outre la destruction programmée de monuments et de manuscrits anciens, le pillage des sites archéologiques, l’interdiction des pratiques culturelles, la crise du tourisme et la mise en veille des activités économiques ont fragilisé la prise en charge traditionnelle des propriétaires et détenteurs des biens. En raison de ces menaces avérées sur le patrimoine culturel national, le Gouvernement du Mali et l’UNESCO ont engagé des actions prioritaires en faveur de la protection renforcée du patrimoine culturel du Mali.
Après l’intervention des armées françaises, maliennes et africaines en janvier 2013, les régions du Nord ont été libérées et, le 2 février 2013, le Président français, conscient de la valeur exceptionnelle de Tombouctou a invité la Directrice générale de l’UNESCO à l’accompagner lors de sa visite. Suite à cela, le 18 février 2013, l’UNESCO, en coopération avec les gouvernements du Mali et de la France, a organisé une réunion internationale d’experts qui a abouti à l’adoption d’un plan d’action pour la réhabilitation du patrimoine culturel du Mali.
Ce plan d’action a été intégré au Plan de relance durable du Mali 2013- 2014. Il sert de base à la mise en oeuvre d’un programme concret qui, malgré une situation qui reste encore diffi cile, est progressivement mis en oeuvre grâce à l’engagement de toutes les parties prenantes.
Cette exposition présente l’état d’avancement de ce programme de protection, revitalisation, réhabilitation et de valorisation, à la fin du mois de juin 2015.

Pour télécharger le document, cliquez sur l’image.


Vous aimerez aussi...