Le temple d’Arou. Falaises de Bandiagara, Pays Dogon

CISSÉ, Lassana, JOFFROY, Thierry, GUINDO, Pierre, 2010. Le temple d’Arou. Falaises de Bandiagara, Pays Dogon. Grenoble : CRATerre-ENSAG. 36 p. ISBN 978-2-906901-63-6.
 
 
Résumé
Depuis son accession à l’indépendance en 1960, le Mali a pris conscience de la valeur et de l’intérêt de la sauvegarde de son patrimoine culturel. Il fut non seulement un des premiers pays africains à instaurer un ministère chargé de la culture, mais il figure également parmi ceux qui s’engagèrent dans la ratification puis la mise en oeuvre de la convention internationale
de 1972 de l’UNESCO concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel.

Dans ce cadre, le Mali demanda et obtint l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial de Djenné et de Tombouctou en 1988, puis celle de la « Falaise de Bandiagara – Pays dogon » en 1989.

En inscrivant ce dernier site suivant des critères à la fois culturels et naturels, le Mali se positionait comme un pays moteur dans la préfiguration de ce qui est devenu aujourd’hui un des plus grands enjeux de notre planète : la conservation et la valorisation de la diversité, qu’elle soit biologique ou culturelle.
 
Dans un souci de respecter ces engagements, en 1983, le gouvernement du Mali créa des Missions Culturelles chargées de la gestion de ces sites classés. Pour le site des Falaises de Bandiagara, il s’agissait d’un véritable challenge car le bien comprend 289 villages et s’étend sur 4 000 km2.

Relevant le défi avec persévérance, la Mission Culturelle de Bandiagara est aujourd’hui devenue un des services déconcentrés de l’État les plus actifs de la zone. Au-delà, en développant un Plan de conservation et de gestion élaboré en partenariat avec les autres acteurs opérant sur le site, elle a su créer un cadre synergique et fédérateur indispensable pour la préservation des valeurs exceptionnelles du site et l’établissement de priorités pour sa
bonne conservation dans une perspective de développement durable.

Le temple d’Arou est un élément majeur de la culture dogon. En péril, ce patrimoine méritait une action d’envergure. Celle-ci a été possible grâce à l’appui du World Monument Watch qui avait déjà soutenu l’élaboration du Plan de conservation et de gestion du site en 2004. Il m’est agréable de profiter de l’occasion qui m’est donnée ici de remercier cette institution, ses responsables et ses donateurs. Qu’ils reçoivent toute notre gratitude ! Enfin, je souhaite à chacun de pouvoir se rendre à Arou. La visite du temple et des autres sites culturels et naturels qui se trouvent aux alentours est une expérience unique et particulièrement enrichissante.
 



Citer ce billet
AE&CC (2020, 19 mars). Le temple d’Arou. Falaises de Bandiagara, Pays Dogon. CRAterre. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nahi

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search