Cameroun, passeport pour le patrimoine : biens naturels et culturels à préserver

DIRECTION DU PATRIMOINE CULTUREL DU CAMEROUN, CRATERRE, 2017. Cameroun, passeport pour le patrimoine : biens naturels et culturels à préserver. Villefontaine : CRAterre. 64 p. ISBN : 979-10-96446-08-7.

 

Résumé

Ce « Passeport pour le patrimoine » a pour vocation de contribuer à la sauvegarde du patrimoine culturel et naturel camerounais. Il présente les sites du patrimoine mondial et les aires culturelle.

Le CAMEROUN compte aujourd’hui deux sites naturels inscrits à la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO : la Réserve de faune du Dja (RFD), le Trinational de la Sangha (TNS), parc naturel partagé avec le Congo et la République Centrafricaine. Il compte également douze sites inscrits à la Liste Indicative qui sont donc pressentis pour faire l’objet de nominations au Patrimoine Mondial. Parmi ces sites 6 sont culturels, 5 naturels et 1 mixte.

L’AIRE CULTURELLE FANG-BETI s’étend sur les régions du Centre, de l’Est et du Sud. C’est la zone de la forêt équatoriale, bordée sur la façade septentrionale par la savane. Dans cette aire culturelle on trouve des vestiges archéologiques représentatifs d’une des plus anciennes civilisations de fer en Afrique centrale. On y retrouve majoritairement des populations d’agriculteurs sédentaires Bantu et quelques groupes d’Oubanguiens. Ces populations reconnaissent une antériorité d’occupation de cette forêt depuis les temps immémoriaux aux chasseurs-collecteurs nomades. C’est vraisemblablement ces premiers occupants qui ont initié tous les autres groupes au mode de vie particulier, adapté à ce type de forêt.

L’AIRE CULTURELLE SAWA correspond à peu près à la région du Littoral (francophone) et la région du Sud-Ouest (anglophone). Ces deux régions ont joué un rôle central dans l’élaboration de l’histoire du Cameroun. Le Mont Cameroun, le plus haut en Afrique occidentale se trouve dans la région du Sud-Ouest. Les ports de Douala et Limbe, points de connexion du Cameroun avec le monde, sont situés dans ces deux régions. Le Cameroun tire son nom de la rivière Wouri qui se trouve dans la province du Littoral.

L’AIRE CULTURELLE DES GRASSFIELDS se situe sur les zones de plateaux qui se trouvent à l’ouest du Cameroun. Elle est formée par deux régions, Ouest (francophone), et Nord-Ouest (anglophone). Il s’agit d’une zone de haute altitude en bordure d’une zone de forêt tropicale. C’est d’ici que seraient originaires les langues bantoues parlées aujourd’hui dans de nombreuses régions de l’Afrique. Données linguistiques, ethnographiques et surtout archéologiques suggèrent que cette zone a été habitée par des populations anciennes, et ce depuis au moins 30.000 ans.

L’AIRE CULTURELLE SOUDANO-SAHÉLIENNE regroupe les régions Extrême Nord, Nord et celle de l’Adamaoua. C’est une zone sahélienne, composée de savane, de hauts plateaux et de plaines. C’est ici qu’à partir du VIIIème siècle de notre ère, se développe l’empire du Kanem-Bornou, l’un des plus vastes de l’Afrique Occidentale. Celui-ci sera islamisé à partir du XIème siècle. Au XVIIIème siècle, les Foulbés, encore appelés Foulani ou peulh, qui sont des pasteurs nomades venus de l’Ouest, se répandent dans l’Adamaoua. Ils soumettent les Chefs locaux et fondent les premiers lamidats, territoires dirigés par un lamido, chef politique et religieux à vie, choisi dans la famille régnante.

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search