Rythmes transitoires en Afrique subsaharienne

La situation, comme lecture-description d’un espace-temps, révèle à la fois le désir de se rattacher à un lieu et la satisfaction d’un repère chronologique. A partir des observations des rythmologies des espaces ouverts produites par des initiatives populaires et surtout de subsistance, l’étude ouvre des possibilités de nouvelles catégories conceptuelles pour le projet architectural et urbain. Ces formes d’appropriation des espaces urbanisés que l’on peut qualifier de résilientes, sont créatrices d’une urbanité spécifique où les communautés sont au coeur des processus. A San Pedro (Côte d’Ivoire), Douala (Cameroun) ou Ouagadougou (Burkina Faso), nous observons des savoir-faire génériques producteurs de commun : les cours d’habitations partagées comme alternative à la parcelle individualisée et au lotissement, des systèmes économiques solidaires afin de palier aux carences d’une économie de plus en plus mondialisée, des dispositifs d’interaction public-privée… Ces multiples situations transitoires, se préfigurent ainsi comme des éléments capacitaires d’un socle environnemental en devenir.
MAMA AWAL, Halimatou, 2022. « Rythmes transitoires en Afrique subsaharienne ». In : Séminaire Rythmologies (2021-2022), 15 mars 2022. En ligne : MSH-Alpes.



Citer ce billet
aeccdoc (2023, 23 janvier). Rythmes transitoires en Afrique subsaharienne. CRAterre. Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/naki

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search