Architecture bioclimatique et efficacité énergétique des bâtiments au Sénégal

JOFFROY, Thierry (dir), MISSE, Arnaud (dir), CELAIRE, Robert, RAKOTOMALALA, Lalaina, 2017. Architecture bioclimatique et efficacité énergétique des bâtiments au Sénégal. Grenoble : CRAterre. 85 p.

 

Résumé

Face à la raréfaction des ressources énergétiques fossiles et aux prévisibles augmentations structurelles à moyen terme du prix des énergies fossiles, ainsi qu’aux conséquences du réchauffement climatique qui, au Sénégal se traduiront par une augmentation de la température moyenne et davantage de journées très chaudes, l’accès au confort thermique pour tous et toutes et, notamment, la protection contre la chaleur dans l’habitat sont des questions essentielles. Sur le continent africain, le secteur du bâtiment (résidentiel et tertiaire) représente 80% des consommations énergétiques (hors bois de feu et biomasse) et des émissions de gaz à effet de serre (G.E.S). Aujourd’hui si l’Afrique entière ne contribue qu’à hauteur de 4% des émissions mondiales de G.E.S, cette contribution pourrait fortement augmenter à l’avenir. Les causes de cette augmentation sont la croissance démographique, l’urbanisation massive, l’augmentation du P.I.B. par habitant et l’exode rural qui conduisent davantage d’habitants à recourir à des énergies commerciales d’origine fossile. Il est donc essentiel de maîtriser à la fois la hausse des émissions de G.E.S. et la facture énergétique des ménages, des entreprises et du pays par une meilleure maîtrise de la consommation énergétique d’origine fossile. Selon les prévisions, au Sénégal, le prix de l’électricité dont le combustible d’origine est à 90% du fioul importé, devrait largement augmenter. Par anticipation, il est donc essentiel de concevoir des bâtiments à la fois moins consommateurs d’énergie et plus confortables. Cela est possible en appliquant des principes de bon sens, à appliquer sur les choix architecturaux et les procédés constructifs. Il s’agit avant tout de se protéger de la chaleur à l’aide de divers dispositifs de protection solaire et d’optimiser la ventilation naturelle grâce à une conception bien pensée qui limite le nombre de bâtiments nécessitant une climatisation, et en minimisant son usage dans ceux qui seront climatisés. Une source d’inspiration pour mener à bien ce travail est à puiser dans les savoirs scientifiques tirés de l’observation des architectures traditionnelles sénégalaises et ouest africaines. Mais depuis l’époque coloniale et l’époque des architectures métisses néo-soudanaises, d’autres pratiques de protection ont été utilisées qui peuvent aussi servir de référence pour la conception contemporaine de bâtiments confortables et énergétiquement efficaces. Ce guide, réalisé dans le cadre du programme PNEEB/ TYPHA (Programme National de réduction des émissions de GES à travers l’Efficacité Energétique dans le secteur du Bâtiment – Projet de Production de matériaux d’isolation thermique à base de Typha) a pour objectif de fournir des informations sur les principes et sur les bénéfices de ce type de conception auprès d’un large public de professionnels (décideurs politiques, maîtres d’ouvrage publics et privés, maîtres d’œuvre de l’architecture et de l’ingénierie du bâtiment, entreprises,…). Il fait également la promotion de l’utilisation de matériaux locaux, notamment ceux à base de Typha et de terre, en les intégrant dans une démarche d’architecture énergétiquement efficace priorisant clairement une démarche d’architecture bioclimatique.

 

Pour télécharger le rapport, cliquez sur l’image



Citer ce billet
AE&CC (2023, 9 février). Architecture bioclimatique et efficacité énergétique des bâtiments au Sénégal. CRAterre. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nakn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search